Chez nous !

Livraison

Octobre 2022

Situation

Saint Jean d'Arvey (73)

Mission

Complète

Photo

AVB Architectes

Après plusieurs années passées au cœur des Bauges, Amélie Dufour a décidé, en 2020, de se rapprocher d’une zone urbaine pour implanter son logement et les locaux de l’Atelier du Vieux Bourg. C’est à Saint-Jean d’Arvey, sur une petite parcelle en pente orientée Sud en plein centre du village, qu’a été construit ce bâtiment labellisé Passif. Il accueille une maison individuelle sur 2 niveaux, et un bureau dans un volume accolé, le long de la route.

Ce projet a été un véritable territoire d’expérimentation ! L’occasion de mettre en œuvre de nombreuses solutions techniques  visant à l’économie d’énergies. Il s’agit ainsi d’une maison à ossature bois isolée avec de la laine de bois en murs et en toitures. Les menuiseries sont en bois-alu avec triple vitrage et équipées de brise-soleil orientables. L’étanchéité à l’air a fait l’objet dune mise en œuvre très soignée. L’ensemble répond aux normes du label Passiv’Haus.

Le besoin en chauffage est donc extrêmement faible. Dans la partie habitation, seul un sèche-serviettes électrique suffit durant la majeure partie de la saison froide. De temps en temps, quand le soleil vient à manquer sur une longue période, un petit poêle à bois permet de réchauffer très rapidement l’ensemble du logement. Côté bureau, la baie informatique, les ordinateurs et les travailleurs suffisent souvent à maintenir une température agréable. Ponctuellement, des plaques chauffantes de 100W installés sous les bureaux permettent de chauffer l’environnement de travail direct avec une consommation très faible.

Pour rafraîchir l’habitation en été, un puit canadien à eau glycolée a été installée. Les brise-soleil sont indispensables pour empêcher les rayons du soleil d’entrer et de surchauffer la maison ou le bureau. La ventilation est bien entendu à double flux, avec 2 VMC indépendantes pour les 2 usages.

Sur le toit, des panneaux solaires photovoltaïques d’une puissance de 6 kW, avec revente au surplus, assurent une partie de la consommation électrique. L’économie en eau a également été pensée : une cuve de 10 m3 récolte les eaux pluviales de la toiture avant rejet dans un « jardin de pluie » permettant d’infiltrer les fortes pluies ponctuelles. Dans la cuve, une pompe de relevage, puis un système de filtration avec gestion UV alimente en eau potable toute la partie habitation.

Amélie, convaincue de l’intérêt de construire « durable » peut désormais tester et approuver tous ces systèmes, et en tirer des conclusions bien utiles à transmettre aux clients.

Ainsi, on ne répétera jamais assez que les brise-soleil sont indispensables sur les façades Est ou Ouest. Côté bureau, dans le calcul de l’étude thermique, un important masque solaire était prévu à l’Est. Dans la vraie vie, ce masque n’est pas si imposant et en été, lors des très chaudes journées, on peut rapidement ressentir le manque de ce brise-soleil qui a été jugé inutile.

Un bâtiment passif est un bâtiment sensible. Du fait de sa forte isolation et de sa très bonne étanchéité à l’air, oublier de fermer un BSO se ressent très vite. Il faut savoir en être conscient, et être réactif. De même, il est bien plus simple d’ouvrir le robinet d’eau branché sur le réseau  public que d’entretenir un réseau de récupération d’eaux pluviales. Entretien et changements des filtres sont indispensables. 
Tout cela en vaut-il la peine ? Assurément, oui, il  est possible -et nécessaire- de construire  avec la possibilité de puiser le moins possible dans des énergies non durables, et d’utiliser le plus possible les ressources renouvelables.  

murs-01

Isolation murs
320 mm laine de bois

dalles-01

Isolation dalle
140 mm TMS

toiture-01

Isolation
320 mm laine de bois

chauffage

Chauffage
poêle à bois

ECS-01

ECS
thermodynamique

ventilation-01

Ventilation
double flux

Côté maison

Côté bureau

Côté technique

Jardin de pluie
Traitement des eaux pluviales
VMC double-flux